Le champ des possibles


Nous sommes le dimanche 12 avril 2020. Pendant que j’écris cet article, la planète entière traverse une crise sanitaire. Nous sommes confiné.es chez nous, en attendant une issue « heureuse » (je pèse mes mots, parce que ce virus a causé de nombreux décès…). 

« Confiné.es » chez nous, nous le prenons chacun de manières différentes.

Je parle des « non malades ». Certain.es, le vivent comme une situation apocalyptique, et d’autres le vivent comme un renouveau. Tout dépend du contexte bien évidemment dans lequel nous traversons cette période.

Je fais partie du second panel, je l’avoue.

Parce que j’ai décidé de prendre cette situation inédite autrement; comme une pause. C’est l’occasion de tout réinitialiser et d’explorer le champ de tous les possibles…

Avant cette crise, nous étions toutes et tous débordé.es avec nos diverses activités : entre le travail, les enfants, la famille, les amis.

Finalement, nous ne prenions pas vraiment le temps pour nous. Ni d’ailleurs suffisamment pour les autres.

ET SI ON PRENAIT CETTE PAUSE, ET QU’ON S’ENNUYAIT…

Tombée brutalement sur nous, personne ne s’attendait à ce scénario.

Alors pour nous occuper, nous recevons tous les jours dans nos mails, sur les réseaux sociaux, une tonne d’activités à faire : du sport, des tutos, des activités pour occuper les enfants, etc. C’est génial, je suis fascinée par l’ingéniosité et la créativité de l’être humain.

Finalement, on se retrouve avec une belle variété d’activités à réaliser pour combler nos journées. Comme si tout le monde voulait éviter qu’on ne s’ennuie !

Est-ce si mauvais de s’ennuyer ? Et si on profitait de cette période, pour justement s’octroyer une pause, prendre le temps de ne rien faire ? Et si on se fichait un peu la paix ?

Bien sûr, avec les enfants pour ceux/celles qui en ont, il n’est pas aisé de les gérer tant, ils « pompent » toute notre énergie. Nous pouvons aussi établir des règles, et s’autoriser à prendre des moments rien que pour soi, pour ne rien faire, méditer ou se relaxer. Et réfléchir à soi, à ce que nous voulons réellement, à ce qui nous fait réellement « kiffer », à ce que nous voudrions dans notre vie.

L’ennuie permet au cerveau d’explorer les champs possibles et d’être plus créatif.

A nos enfants qui me disent « maman, je m’ennuie », je leur réponds souvent « c’est bien de s’ennuyer. Tu pourras ainsi imaginer des choses que tu pourrais, ou aimerais faire, et même t’inventer des histoires dans ta tête ».

Eh bien ça, en ce moment, je me l’applique. Essayez, je vous assure, on y trouve une grande satisfaction à explorer au plus profond de soi-même.

Nous réalisons des choses que la société attend de nous, en plus des règles que nous nous imposons. Cela nous amène à nous oublier.

Et si c’était le moment de prendre le temps de se recentrer sur l’essentiel ?

J’AI EXPLORÉ LE CHAMP DES POSSIBLES…

Après le choc, une fois la situation acceptée, j’ai décidé de prendre cette période comme une pause. Je ne la subis plus !

J’ai mis mon cerveau en mode « pause » – je vous rassure il fonctionne toujours, mais plus comme avant :-). 

Il ne fonctionne plus en fonction de la société, ou de ce que la société attend de moi. De ce fait, plus audacieuse que jamais, j’ai exploré plusieurs possibilités :

  • j’ai appris à écouter mon corps. J’ai démarré le jeûne. Un bienfait spirituel et physique !
  • j’ai appris à accepter mes angoisses. Il n’y a pas de problème, il n’y a que des solutions. Et puis s’il n’y a pas de solutions, on se laisse vivre. Bien-sûr que j’ai peur, parce que personne ne connaît l’issue. Alors autant profiter de cette période pour s’attacher à l’essentiel.
  • j’ai appris à dire que ça ne va pas, quand ça ne va pas. On traverse une crise. Plusieurs entrepreneurs dont je fais partie, vont difficilement s’en sortir. Je me prépare à ce qu’il y ait des dégâts. Cependant, je prépare la reprise, avec une très grande ouverture d’esprit et d’audace, afin de contenir les dégâts.

Je suis convaincue, que ce moment nous permet de travailler sur l’avenir que nous souhaitons pour nous et nos enfants.

Laissez-vous le temps d’explorer le champ des possibles, vous serez surpris.es par vos capacités et vos envies profondes !

Il y aura un après, et le monde ne sera plus le même à la sortie du confinement. Il aura évolué, et vous aussi, parce que vous aurez pris le temps de vous écouter !

Prenez soin de vous et de vos proches.