Dans notre article précédent, nous évoquions ce qu'est le mouvement bodypositive, apparu dans les années 90 et qui prône les valeurs suivantes : "avoir une meilleure image de soi, se réconcilier avec son corps, ne pas se fier aux normes de beauté et s’accepter".


Le mouvement a su se faire une place dans le paysage médiatique. Très rapidement, il s’est installé partout : sur les réseaux sociaux, à la télé, à la radio, il a été omniprésent. Les esprits ont commencé à s’ouvrir ainsi que les débats y étant liés. Cependant, comme tout mouvement prenant autant d’ampleur, il arrive un moment où il est sujet aux critiques, remis en cause et dont on pointe du doigt les défaillances.

De plus, il a pris tellement d’ampleur que l’on est plus capable de définir exactement ce qu’est le bodypositivisme. Créé au départ pour les femmes fortes, il a été repris tellement de fois que l’on en a oublié ce pourquoi il est né.

Aujourd’hui, bodypositive veut tout et rien dire : qu’est-ce que signifie le terme ? L’acceptation de soi ? A quelle limite ? La distorsion du mouvement a fait que beaucoup d’adeptes se sont désolidarisés, ne trouvant plus la place et la compréhension qu’ils étaient venus chercher en premier lieu.

Des clivages au sein même du mouvement qui ont vu le jour. Les femmes fortes mises en avant étaient celles qui avaient une forte poitrine ou des hanches généreuses, mais une taille relativement fine. Les femmes qui avaient du gras dans le bas du dos, de la cellulite ou des vergetures étaient beaucoup moins présentes. Des critères de beauté au sein même du mouvement qui voulait les abolir, sont apparus. 

En clair, retour à la case départ : les personnes qui avaient vraiment besoin de visibilité se sont faites évincées. Les personnes concernées initialement, ne se sont plus senties à leur place alors qu’elles ressentaient le besoin d’être visibles. Pour leur propre bien être, mais surtout pour changer les mentalités.

Cependant, bien que le mouvement perde en popularité, et soit remis en question, il a permis d’ouvrir le débat et les mentalités sur des sujets importants. Il a également permis la naissance d’autres mouvements plus petits mais aux enjeux tout aussi importants.

Le mouvement ne devrait donc pas nous diviser, au contraire, il devrait nous rassembler.


Ecrit par Léa Charles & Lucile Closset

14 juillet, 2021